Paddington 2, ou la gentillesse enfin remise à l’honneur

paddington-2
L’ours Paddington : il est pas mignon ce petit ourson?

Hello, hello !

Depuis quelques temps, j’avais envie de vous parler de cette qualité délaissée qu’est la gentillesse sans trop savoir comment lancer le sujet. Et puis, nous sommes allés voir Paddington 2 en famille ce dimanche et voilà mon intro toute trouvée !

Peut-être faites-vous partie de ceux qui n’ont pas vu le premier opus (Paul King, 2014) tiré de l’oeuvre de Michael Bond (A bear called Paddington, 1958) ? Je ne peux que vous conseiller de vous laisser tenter : petits et grands y trouveront leur plaisir. Nous l’avons découvert un jour où Choupi avait envie d’essayer autre chose que Cars et Toy Story, et nous avons adoré !! Je dis « nous » car j’ai complètement adhéré moi aussi. Le seul petit bémol du premier film est la méchante jouée par Nicole Kidman qui fait peur à Choupi. Mais nous avions beaucoup ri, notamment lors de la scène de la salle de bain où nous avions découvert une utilisation insoupçonnée des brosses à dents… Je ne vous en dis pas plus.

Avec Paddington 2, le rire est encore plus au rendez-vous, je vous le garantis ! Notre petit ours est toujours aussi plein de bonnes intentions, mais catastrophiquement maladroit. Le méchant est moins effrayant que drôle, en même temps, c’est Hugh Grant (non, je ne suis pas très fan) et la gentillesse de Paddington, dont la marmelade à l’orange fait des merveilles pour adoucir même le plus endurci des tôlards, est mis à l’honneur à sa juste valeur, à savoir une vraie belle qualité.

Dans un monde où l’expression « trop bon, trop c.. » est devenue une règle d’or, nous avons oublié que la gentillesse rend le monde meilleur (tiens, et si on revoyait Un Monde Meilleur de Mimi Leder, 2000 ?). Et nous oublions de l’enseigner à nos enfants comme une belle et bonne chose. Mais Paddington a été bien élevé par sa tante Lucy, lui. Sûrement parce qu’il l’a été en dehors de nos civilisations modernes.

Dans nos sociétés où l’individualisme nous impose de ne pas montrer de faiblesses pour ne pas donner l’impression qu’on peut nous marcher dessus sans vergogne, nous sommes moins enclins à faire preuve d’amabilité. Nos rythmes de vie, toujours plus effrénés, n’aident pas non plus : parfois nous sommes juste durs et fermés parce que nous n’avons pas le temps d’être bons et ouverts aux autres. Ma mise au vert m’aura au moins appris cela : ne pas être pris par le temps vous rend plus disponible et disposé à faire le bien.

Par exemple, lors de notre escapade à Lisbonne, le dernier soir dans le métro, nous avons aidé un couple de personnes âgées complètement paumés. Ils étaient vénézuéliens (ce qui nous a permis de travailler notre espagnol !), de passage au Portugal pour aller à Fatima et ils semblaient si égarés que nous les avons accompagnés jusqu’à la porte de leur logement tant ils nous ont fait de la peine, perdus dans le métro avec leur valise à 10h du soir. En temps normal, je n’aurais pas été jusque-là, et me serais contentée de leur indiquer le chemin en m’inquiétant qu’ils ne soient pas arrivés à bon port après coup.

A l’inverse, le lendemain matin à l’aéroport, nous avons eu à subir un parfait exemple de mauvaise humeur caractérisée, doublée d’impolitesse et d’une pointe de bêtise. N’ayant pas pu réglé la somme ridiculement élevée réclamée pour pouvoir mettre notre malheureux bagage en soute ni au guichet d’enregistrement, ni au guichet commercial où la queue n’avançait pas, nous avons décidé de passer outre, notre valise étant de toute façon enregistrée, et de payer plus tard.  Chose que nous avons voulu faire  au guichet d’embarquement. Et là, on ne peut pas dire que la sympathie portugaise était à l’oeuvre de si bonne heure chez l’hôtesse qui nous a accueilli ! Faisant preuve d’une attitude détestable de femme qui a tellement d’autres choses à faire que de prendre 1 minute de son temps (c’est ce que cela lui a pris, je vous jure !) pour me faire payer, elle a préféré ne pas écouter mes explications et me dire sans un regard jusqu’à ce que je parte que ça n’était pas la « procédure », celle qui robotise et déshumanise. Trop dure ta vie, Madame ! Et un « au revoir », ça t’arracherait la bouche ?

J’ai repensé alors à ce gentil monsieur croisé lors de mon week-end à Paris alors que je cherchais la rue du studio que j’avais loué et qui a pris quelques minutes de son temps pour m’aider à trouver mon chemin en m’expliquant qu’il voyageait beaucoup et devait souvent faire appel à la gentillesse de locaux pour le guider, ce qui n’était pas chose aisée à Paris car les gens étaient toujours trop pressés et/ou désagréables. Je suis sûre qu’il ne s’en est senti que mieux. La gentillesse fait du bien.

Et je me suis remémoré aussi cette charmante caissière de notre cinéma préféré qui cet été m’avait épaté par son inaltérable amabilité avec chaque personne qui se présentait à elle : est-ce normal d’être fascinée par une personne gentille ? Sa douceur et son sourire étaient un havre de paix. La gentillesse est reposante. Essayez, vous verrez.

Et enfin cette caissière de mon supermarché en septembre qui m’avait raconté qu’avec ses collègues, elles avaient pleuré le décès de l’un de leurs clients âgés, de ceux qui viennent tous les jours juste pour sortir, voir du monde et donner du sens à leur journée. Elle était outrée par la méchanceté des enfants d’une vieille dame décédée qui avaient décidé de mettre à la porte du domicile maternel pour le vendre, leur beau-père qui habitait là depuis plus de 20 ans. Méchanceté gratuite. La gentillesse, elle, vous enrichit de l’intérieur.

Vous savez qu’il existe une journée internationale de la gentillesse ? Si, si, c’est le 3 novembre. Et vous savez ce que ça veut dire quand une cause a sa journée internationale bien sûr ? Généralement, c’est qu’elle a besoin d’être défendue. Comme une cause perdue. Donc si vous êtes de ceux qui pensent que la gentillesse est ringarde et dégoulinante de bons sentiments, n’allez pas voir Paddington 2 : restez chez vous à ruminer votre mauvaise humeur. Si, au contraire, vous pensez que notre monde en manque cruellement, précipitez-vous. Au pire, vous vous payerez une bonne tranche de rigolade et c’est bien connu : rire, c’est bon pour la santé. Comme la gentillesse.

 

A très vite !

signature blog bis.001

 

 

18 commentaires sur “Paddington 2, ou la gentillesse enfin remise à l’honneur

Ajouter un commentaire

  1. Je suis tellement d’accord avec toi, que ça fait du bien d’être gentil avec les gens et de recevoir de la gentillesse en retour 😊 ici à Londres, c’est différent de Paris en certains points et je m’étonnes toujours de la gentillesse des gens. Nous avons regardé Paddington il y a peu de temps et on a vraiment adoré alors Paddington 2, c’est prévu! Qu’il est mignon et adorable ce petit ours 😊😊 😊 gros bisous 😘

    Aimé par 2 personnes

  2. S’il y a une chose en laquelle je crois, c’est que la gentillesse est contagieuse. Il suffit d’un rien pour éclairer la journée de quelqu’un comme il suffit d’un rien pour la détruire. Ce qu’il ne faut pas oublier c’est qu’il n’y a pas plus grande satisfaction que de rendre les autres heureux, parfois un simple sourire dans le métro y contribue. Et je finirais mon speech en citant une ambassadrice de la gentillesse, Ellen Degeneres : « I think we need more love in the world. We need more kindness, more compassion, more joy, more laughter. I definitely want to contribute to that. »
    Alors oui, j’irais voir Paddington 2 ! Et je trouve que Hugh Grant en méchant, c’est une super idée !

    Aimé par 1 personne

    1. Bien dit Maha ! Et Ellen aussi ! Et Hugh n’est pas trop mal en méchant, il finit en beauté en tout cas, mais son jeu est tellement linéaire d’un film à l’autre que ce qui était charmant, il y a 20 ans dans « 4 mariages et 1 enterrement » n’est pas adapté pour tous les rôles.
      En tout cas, je crois que j’ai préféré Paddington 2 qui est vraiment hilarant par moment et finit sur une note d’amour pur (je ne spoile rien si je dis que ça finit bien ?).
      Et je crois à la théorie de la gentillesse contagieuse aussi. Mais je ne doutais pas que nous serions au diapason 😉 Biz

      Aimé par 1 personne

Un petit commentaire, ça fait toujours plaisir... Alors, allez-y ! C'est à vous ! // I like comments, so go ahead ! Express yourself !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Sea You Son

Motherhood Travel Food Life Love

Je me disperse

Essais & erreurs à la recherche de qui je suis

Gâteaux et harmonie

diy - PÂTISSERIE - déco

Les découvertes de Salomette

Le quotidien d'une femmelette gourmande et créative

J'ai le cœur gourmandise

Un blog dédié à la pâtisserie faite maison pour le plaisir des petits comme des grands gourmands

Roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!

Nos lectures pour les enfants et pour les parents

Lecture 1er age, livre enfant et jeunesse, littérature classique, roman contemporain, policier ou science fiction...De la lecture pour toute la famille

Le pire blog de voyage au monde

Choisissez votre région/pays dans "Catégories"... et c'est parti !

28 films plus tard

Le blog Cinéma pensé à dos de licorne sous une pluie d'hémoglobine

Encre de chine.

Coups de coeur, coups de bec & coups de théâtre.

%d blogueurs aiment cette page :